Página:Ao correr da pena.djvu/352

Wikisource, a biblioteca livre
Saltar para a navegação Saltar para a pesquisa


Car il est vrai que les fêtes de ce monde
Passent sur la douleur sans jamais la guérir;
Et que celui qui souffre une peine profonde,
Peut assister aux joies sans jamais les sentir.

Elle....

Rio de Janeiro, 1855.